· 

OUTWARDS par Henry J.-M. Levet / Timothy Adès


LE POST POETIQUE DOMINICAL DE TIMOTHY ADES


   Je vous propose aujourd'hui de passer un moment avec le jeune dandy bohême, poète voyageur mystérieux et diplomate Henry J-M LEVET (1874-1906), "météore poétique", mort à 32 ans que Jérôme Garçin présente ainsi : « Fils unique d'un député-maire de la Loire, le jeune rebelle rimbaldien, qui sans doute aimait les garçons, écrivit dans des journaux satiriques, se teignit les cheveux en vert et, pour l'essentiel, s'encanailla et s'attifa dans les estaminets de Montmartre avant d'obtenir, grâce à l'intervention de son père, un poste de vice-consul aux Philippines puis aux Canaries, qu'il ne tarda pas à abandonner afin de venir mourir, à Menton, d'une tuberculose, dans les bras de sa mère. » Le tout se révèle ici : https://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20180220.OBS2492/henry-j-m-levet-l-ecrivain-dont-les-parents-ont-methodiquement-tout-detruit.html

Il ne nous reste pas grand chose d'Henry LEVET qui fut aussi vaudevilliste et chansonnier tant l'œuvre est rare et aujourd'hui quasiment introuvable: des poèmes, des chroniques parues dans plusieurs journaux et revues (”Le Courrier français”, “La Plume”, “La Vogue”, “La Grande France”), deux plaquettes de poèmes confidentielles éditées avec des épigraphes de Laforgue et de Rimbaud.

On lui attribue un (unique) roman nommé l'Express de Bénarès, sans que l'on sache avec certitude ce qu'il en est. L'écrivain académicien Frédéric Vitoux lui rend hommage dans une biographie remarquée du même nom publié en 2018 chez Fayard.

Sa gloire posthume sera assurée par les Cartes postales, un recueil dont les poèmes furent initialement publiés dans des revues entre 1900 et 1902. Le présent poème "OUTWARDS" en est extrait. Cartes postales sera rééditée après la mort d'Henry Levet en 1921 sous le titre Poèmes de Henry-J.-M. Levet. précédés d’une conversation de MM. Léon-Paul Fargue et Valery Larbaud : Deux poésies : Le Drame de l’allée. Le Pavillon : Cartes postales… grâce au poète, romancier, essayiste et traducteur Valéry Larbaud - qui le définissait comme le Walt Whitman français - et à son confrère Léon-Paul Fargue à La Maison des amis des livres  d'Adrienne Mounnier. Et régulièrement depuis : dernièrement en 2020  par les éditions Martin de Halleux, maison d’édition indépendante installée à Paris.

 

…Armand Béhic, président des Messageries Maritimes, devient ministre et meurt en 1891.

 

OUTWARDS

 

L’Armand Béhic (des Messageries Maritimes)

File quatorze nœuds sur l’Océan Indien…

Le soleil se couche en des confitures de crimes,

Dans cette mer plate comme avec la main.

 

- Miss Roseway, qui se rend à Adélaïde,

Vers le Sweet Home au fiancé australien,

Miss Roseway, hélas, n’a cure de mon spleen ;

Sa lorgnette sur les Laquedives, au loin…

 

- Je vais me préparer – sans entrain ! – pour la fête

De ce soir: sur le pont, lampions, danses, romances

(Je dois accompagner miss Roseway qui quête

 

- Fort gentiment – pour les familles des marins

Naufragés !) Oh, qu’en une valse lente, ses reins

À mon bras droit, je l’entraine sans violence

 

Dans un naufrage où Dieu reconnaîtra ses siens…

 

 

 

 

 

OUTWARD BOUND

 

Indian Ocean: Postal Maritime:

Steaming at fourteen knots, the Andrew B.

The sun sets in its jammy mess of crime

Into this flat, seemingly hand-smoothed sea.

 

Miss Roseway, who is bound for Adelaide

To her fiancé’s Home Sweet Home of sheep,

Can’t cure my spleen’s distemper, I’m afraid,

Her lorgnette quizzing at the Lakshadweep.

 

Reluctantly, I shall attend the dance

This evening: lanterns on the bridge; romance.

(I’m partnering Miss Roseway, who solicits

 

For shipwrecked sailors’ families, in the nicest

Possible way !) O, may I, in the waltz,

Cradling her kidneys, gently draw her on

 

To shipwreck ! God will recognise his own…

 

Copyright © Timothy Adès

 

[Published online in Poetry Atlas]

 

 


 

- Portait d'Henry Levet, 1895,  par le dessinateur Piet lorsque Levet était chroniqueur au Courrier français .

- Poèmes, précédés d’une conversation de MM. Léon-Paul Fargue et Valéry Larbaud - Deux Poésies - Le Drame de l’Allée - Le Pavillon (avec la préface d’Ernest La Jeunesse) - Cartes Postales. Portrait par Muller, ‎Edition originale, tirage limité à 635 exemplaires (Paris, La Maison des Amis des Livres, 1921).

- Henry J.-M. Levet dans son habit de vice-consul de 3e classe, en novembre 1902

- Carte postale : arrivée du courrier français à Saïgon

- Affiche pour les Messageries maritimes par Alexandre Brun

- Portrait d'Henry J.-M. Levet

- Cartes postales, Henry Levet, illustrations : Loustal, préface :  Frédéric Vitoux (Réédition par Les éditions Martin de Halleux, 2020)


Timothy Adès est un poète traducteur-britannique, spécialiste de la versification, des rimes et des mètres, en français, espagnol, allemand et grec. Fin connaisseur, entre autres, de Victor Hugo, Robert Desnos, Jean Cassou, Guillaume Apollinaire, Georges Pérec, Gérard de Nerval, Louise Labé, de Federico García Lorca, d'Alberto Arvelo Torrealba, d'Alfonso Reyes, de Bertold Brecht, Hermann Hesse, Heinrich Heine et d'Angelos Sikelianos.

Il a aussi réécrit les Sonnets de Shakespeare en évitant la lettre e et a écrit une longue poésie n’utilisant aucune voyelle, sauf le e.

"Ambassadeur" de la culture et de la littérature française, il est le premier à avoir traduit les "Chantefables" de Robert Desnos en anglais. Lauréat des Prix John Dryden et TLS Premio Valle-Inclán.

Timothy Adès est membre du conseil scientifique du PRé, co-animateur de la rubrique "Tutti Frutti " (chroniques et rendez-vous culturels, poétiques, éco-gastrosophiques, pour « cueillir le jour » au sens du fameux carpe diem emprunté au poète latin Horace. Au gré des envies et des propositions des uns et des autres. Publiés généralement le week-end).

 

Derniers ouvrages parus : " Alfonso Reyes, Miracle of Mexico " (Shearsman Books, 2019). Bilingual Spanish/English, "Robert Desnos, Surrealist, Lover, Resistant " (Arc Publications, 2017) : 527 pages, bilingual text, les poèmes de Desnos avec les versions de Timothy Adès.

Écrire commentaire

Commentaires: 0