· 

CE DIVIN NECTAR, par François Villon / Timothy Adès


LE POST POETIQUE DOMINICAL DE TIMOTHY ADES


 

   Voici un petit poème du pauvre scélérat François VILLON (1431-1463) qui est inscrit sur chaque bouteille de ce beau vin Grand Cru Classé de Saint Émilion : Château Balestard La Tonnelle St-Émilion… On parle d’un chanoine Balestard, ancien compositeur.

Ici règne depuis 500 ans la famille Capdemourlin : en plus de ses bons vins, on admire leur ancienne tour de guet, l’architecture, le beau jardin…

 

Les paysages viticoles de Saint-Émilion ont été les premiers au monde à avoir été inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. La confrérie la Jurade de Saint-Émilion, garante de la qualité des vins de Saint-Émilion, organise des festivités tout au long de l’année, notamment "la Fête de Printemps" (troisième dimanche de juin) et "le Ban des Vendanges" (troisième dimanche de septembre) pendant lequel une quarantaine d'impétrants est intronisée en tant que jurats.

 

J’ai traduit ce poème à l'occasion d’une soirée de vins français dans le cadre de  ‘Poet in the City’, agence culturelle à Londres.

 

Vierge Marie, gente déesse,

Garde-moi place en paradis

Oncque n’aurai joie ni liesse

Ici-bas, puisqu’il n’est permis

De boire ce divin nectar,

Qui porte nom de Balestard,

Qu’à gens fortunés en ce monde.

Or, suis miséreux et pauvret,

Si donc au Ciel ce vin abonde,

Viens, doulce Mort, point ne m’effraye,

Porte-moi parmi les élus

Qui, là-haut, savourent ce cru.

 

 

Mary, mother of the Lord,

up in heaven keep my place:

dull and joyless are my days

here below, for I’m debarred

from this draught miraculous

by the name of Balestard,

drunk by such as can afford.

I am poor, penurious:

if this wine in heaven flows,

come, sweet Death, and I shall profit:

take me up, and I’ll repose

with the chosen ones who quaff it.

 

Translation: Copyright © Timothy Adès

 


- Statue de François Villon à Utrecht (Museumkwartier district central Utrecht city, Netherlands)

- Timbre poste dessiné et gravé par Albert Decaris, émis  en 1946

- Bouteille de Château Balestard

- Entrée du Château de Balestard Saint Emilion

- La Tonnelle, la très ancienne tour de guet en pierres du XVe siècledu Château de Balestard Saint Emilion

- La Jurade de Saint Emilion

- La Tour du Roy à Saint Emilion

- La ballade des pendus ou « l’épitaphe de Villon » est l’œuvre la plus connue du poète français médiéval. Il l’écrit alors qu’il est condamné à mort par pendaison.


Timothy Adès est un poète traducteur-britannique, spécialiste de la versification, des rimes et des mètres, en français, espagnol, allemand et grec. Fin connaisseur, entre autres, de Victor Hugo, Louise Labé, Robert Desnos, Jean Cassou, Georges Pérec, Alberto Arvelo Torrealba, du poète vénézuélien des Plaines, du mexicain Alfonso Reyes, de Bertold Brecht et de Sikelian.

Il a aussi réécrit les Sonnets de Shakespeare en évitant la lettre e et a écrit une longue poésie n’utilisant aucune voyelle, sauf le e.

"Ambassadeur" de la culture et de la littérature française, il est le premier à avoir traduit les Chantefables de Robert Desnos en anglais. Lauréat des Prix John Dryden et TLS Premio Valle-Inclán.

Timothy Ades est membre du conseil scientifique du PRé, co-animateur de la rubrique Tutti Frutti.

 

Derniers ouvrages parus : "Alfonso Reyes, Miracle of Mexico" (Shearsman Books, 2019). Bilingual Spanish/English, "Robert Desnos, Surrealist, Lover, Resistant "(Arc Publications, 2017) : 527 pages, bilingual text, his poems with my versions.

Écrire commentaire

Commentaires: 0