POINT GLYPHOSATE, par Guillaume Vuilletet

 

Le Gouvernement nous a confirmé son engagement : nous sortirons du glyphosate d’ici le 1er janvier 2021 pour les principaux usages pour lesquels des alternatives existent, et d’ici le 1er janvier 2023 pour l’ensemble des usages. Le rapport parlementaire de la mission mise en place à l'Assemblée sur le sujet rappelle que la sortie ne doit pas se faire sans accompagner les filières agricoles dans la recherche d’alternatives.

 

La France est le seul pays européen à avoir décidé de sortir du glyphosate en 3 ans, et ce, dès le début du quinquennat.

 

Aujourd’hui, l’utilisation de glyphosate est de fait déjà interdite pour de nombreux usages non agricoles : interdiction dans les espaces publics depuis le 1er janvier 2017 pour la quasi-totalité des usages (entretien des voiries, espaces verts, forêts, espaces de promenade…), et interdiction chez les particuliers amateurs depuis le 1er janvier 2019. Elle est également interdite pour certains usages agricoles en France (usages avant la récolte de céréales).

 

L’Inra et les instituts techniques agricole, ainsi que les filières sont mobilisés dans ce cadre pour identifier et favoriser le développement des solutions de substitution, en tenant compte des enjeux économiques et techniques des agriculteurs. L’INRA est en particulier chargé d’évaluer l’impact économique d’un retrait du glyphosate, production par production, en lien avec les instituts techniques des filières.
Sur ces bases, les usages du glyphosate pour lesquels les alternatives existent, avec un impact économique et pratique acceptable, pourront être interdits d’ici fin 2020 par l’Anses.

Écrire commentaire

Commentaires: 0